Framavox
November 24th, 2018 09:49

Des questions en relation avec les Cercles Restauratifs ?

Dieudonné
Dieudonné Public Seen by 59

Un espace pour partager nos questions et nos expériences dans la pratique des Cercles Restauratifs.
Ancienne adresse : https://www.loomio.org/d/9tJQqu6N/des-questions-en-relation-avec-les-cercles-restauratifs-

A

Alexia December 18th, 2018 17:54

Bonjour ;
Est-ce que quelqu'un aurait des éclairages sur les questions suivantes, qui ont émergé des travaux du groupe rennais, lancé cette année :

-Peut-il y avoir plusieurs demandeurs pour un cercle ?
-Est-ce le demandeur qui choisit le faciliteur ? Si non, comment est-il désigné ?
-Qui attribue les rôles de représentants d’absents dans un cercle ? (choix du facilitateur ou des personnes volontaires ?)
-L’initiateur (ou une personne) peut –il s’adresser à deux personnes en tant qu’une entité ? (jumeaux, deux personnes ayant fait la même chose…) et à qui demander la reformulation ?
-Peut-on dans la démarche faire des aller retour entre le plan d’action et phase d’auto-responsabilisation ?
-Comment gérer le temps si processus non achevé et temps dépassé ?
-Comment gérer si qn a beaucoup de choses à exprimer ? ou inversement ne s'exprime pas ou peu ?

P

Perrine December 19th, 2018 14:09

Bonjour Alexia et autres lecteurs,

Je réponds ci-dessous en fonction de ma compréhension du processus. Je suis toutefois novice, et je serais intéressée de connaître les réponses de personnes plus expérimentées!

-Peut-il y avoir plusieurs demandeurs pour un cercle ?
Pour moi, plusieurs demandes peuvent parvenir aux facilitateurs concernant un même conflit. La question "qui est l'initiateur" n'a pas d'impact sur le processus, de même que les positions d'"auteur" et "receveur" de l'acte, qui ne sont là que pour clarifier ce dernier. Mais il me semble que pour des personnes en conflit, même au courant du processus, cette question peut avoir son importance.
Pour cette raison, il me semble qu'un ordre de "priorité" peut être défini dans le système. (Si le seul moyen de demander un CR est, par exemple, l'envoi d'un mail, il peut être simple de décider que le premier mail reçu à ce sujet sera pris en compte. Si plusieurs voies sont possibles pour demander un CR, un ordre de priorité peut également être défini.) J'imagine que deux conflits peuvent également s'entremêler: les personnes concernées sont les mêmes, mais elles sont en désaccord sur l'acte à prendre en compte, par exemple. Dans cette hypothèse, je pense que les facilitateurs peuvent choisir de traiter l'un des conflits en premier, et de vérifier ensuite avec l'autre initiateur si sa demande est toujours d'actualité. Il est en effet possible que celui-ci ne ressente plus le même besoin après ce premier CR.

-Est-ce le demandeur qui choisit le faciliteur ? Si non, comment est-il désigné ?
Pour moi, cela doit être défini dans le système restauratif (dans celui que je connais, le principal critère pris en compte est la disponibilité du facilitateur). Par ailleurs, une fois le processus lancé, il appartient à la communauté. Ainsi, même si le système prévoit qu'une personne puisse s'adresser à un facilitateur en particulier, il est possible que celui-ci décide ultérieurement qu'il ne souhaite pas poursuivre le processus. Dans cette hypothèse, un autre facilitateur sera sollicité et l'initiateur du cercle ne pourra pas s'opposer à ce changement (il pourra choisir de ne pas participer au CR).

-Qui attribue les rôles de représentants d’absents dans un cercle ? (choix du facilitateur ou des personnes volontaires ?)
Je suppose que les détails peuvent également être définis dans le système. Les personnes assurant des substitutions sont normalement choisies parmi les facilitateurs, en raison de la nécessité de bien connaître le processus et l'importance de ce rôle. Personnellement, je ferais confiance au facilitateur "principal", celui qui a assuré la majorité des pré-cercles, pour faire cette demande à la personne concernée. Je suppose qu'un système peut également prévoir un échange entre facilitateurs sur ce sujet, pour que la décision soit collective.

-L’initiateur (ou une personne) peut –il s’adresser à deux personnes en tant qu’une entité ? (jumeaux, deux personnes ayant fait la même chose…) et à qui demander la reformulation ?
Pour moi s'adresser à deux personnes à la fois serait vraiment contradictoire avec l'esprit des CR, notamment pour la prise de responsabilité, qui à mon sens est forcément individuelle (même si l'action est motivée par le souhait de soutenir quelqu'un d'autre, d'être en lien avec quelqu'un...).
La reformulation est demandée à la personne à qui la personne s'adresse, si elle a été nommée (en réponse à "et à qui"). Si l'expression n'est pas adressée à quelqu'un en particulier, la reformulation peut être demandée à n'importe quel autre participant. (J'ai parfois trouvé très aidant que la reformulation soit faite par une personne moins "stimulée" par ce qui a été dit qu'une autre. Et cela n'empêche pas la personne qui a parlé d'intervenir à nouveau en s'adressant à une autre personne et de demander à cette personne une reformulation.)

-Peut-on dans la démarche faire des aller retour entre le plan d’action et phase d’auto-responsabilisation ?
Pour moi les "frontières" entre les 3 phases ne sont pas hermétiques. Il est toujours possible de revenir en arrière.

-Comment gérer le temps si processus non achevé et temps dépassé ?
Je n'ai pas de réponse sur ce point. À mon sens la gestion du temps dépend beaucoup du contexte. Mais je trouve qu'une grande disponibilité (sans attente trop forte de "résultat") est nécessaire pour que le processus opère (en tout cas lorsque je facilite le cercle, il m'est difficile d'accorder toute mon attention à ce qui s'exprimer si je suis trop préoccupée par le temps).

-Comment gérer si qn a beaucoup de choses à exprimer ? ou inversement ne s'exprime pas ou peu ?
Je n'ai pas de problème avec le fait que certaines personnes s'expriment plus que d'autres. Je voudrais donner l'opportunité à chacun.e de s'exprimer (donc poser la question 1 à chacun.e, sauf à ceux qui y répondent d'eux-mêmes). Mais si la personne répond qu'elle n'a rien à dire, je n'en serais pas inquiète.

Qu'en pensez-vous? Je suis également curieuse: comment avez-vous créé ce groupe à Rennes, est-ce qu'une personne l'a initié, ou est-ce que vous étiez plusieurs?